• Dieu est mort

    Un recueil poignant, engagé, trempé d’audace et dégoulinant de douleur, qui rejette les coutumes et défie une religion corrompue.
    Quatre cris longtemps étouffés déchirent les entrailles du tabou ; d’une veuve amputée de chagrin à une jeune femme brutalement violentée, les personnages s’arrachent la parole. Libérer la parole féminine et dénoncer une misogynie promue par les deux sexes est ainsi la quête de cette œuvre. Au sein d’une société patriarcale bourrée d’interdits, assombrie d’une religion corrompue par les traditions et assoiffée du mépris de la femme et sa lapidation, parler devient un combat. Cet ouvrage est la voix de ces femmes aux gorges muettes, aux langues censurées, aux rêves lapidés ; l’Auteure parle pour toutes, celles mises à l’écart, chosifiées, momifiées par des bourreaux poilus de haine et engraissés d’hypocrisie. Passions, liberté et rêves bannis, bouches cousues et corps voilés par la peur, c’est le quotidien de certaines femmes. Parler pour défier… Ecrire pour changer.

    12.90